Interview Alain Deneault

Dans les années 80, les technocrates de Margaret Thatcher ont habillé du joli nom de « gouvernance » le projet d'adapter l'état aux intérêts et à la culture de l'entreprise privée. Ce coup d'état conceptuel va travestir avec succès la sauvagerie néo-libérale en modèle de « saine gestion ». Nous en ferons collectivement les frais : dérèglementation de l'économie, privatisation des services publics, clientélisation du citoyen, mise au pas des syndicats... ce sera désormais cela gouverner.
source | www.luxediteur.com

L'ouvrage qui vient de paraître aux éditions Lux, Gouvernance - Le management totalitaire, est une charge subtile et sans concession de la propagation de ce concept dans tous les domaines de la société, au prix notamment de l'évacuation du politique. Une véritable colonisation des esprits. Dans le cadre d'un cycle sur la Gouvernance organisé par Barricade (www.barricade.be), nos amis du collectif liégeois Le Ressort, qui savent pertinemment bien que les techniques et les mots ne sont pas plus inoffensifs que neutres, se sont joints à nous et à la Revue Politique pour faire de cette soirée du 16 mai 2013 un moment de critique fructueuse. L'interview a été réalisée à l'occasion.

Alain Deneault, docteur en philosophie de l'Université Paris-VIII, enseigne la « pensée critique » en science politique à l'Université de Montréal. Il est notamment l'auteur de Noir Canada (écosociété 2008) ; Offshore (écosociété/La Fabrique 2010) et Paradis sous terre (écosociété/Rue de l'échiquier 2012).

Thème: 
Divers