L’Allocation universelle - Entre révolution et nostalgie

Une analyse du Collectif Le Ressort - 2017

Et si chaque citoyen, chaque citoyenne, dès sa majorité, recevait une somme d’argent mensuelle, indépendamment de sa situation familiale et professionnelle, sans devoir fournir la moindre justification ou contrepartie…
S’il s’agissait d’un droit, au même titre que le droit de vote… Et si, lors des prochaines élections, il suffisait de voter pour une formation politique pour que ce système soit mis en place… Les leaders de cette formation passeraient-ils pour visionnaires, retors ou affabulateurs ?
Avec insistance, ce questionnement s’invite dans les conversations de bistrot, les causeries de think-tanks et les universités d’été des partis. Avec immédiatement un premier problème : quel nom donner à ce nouveau système ? « Revenu inconditionnel »? « Allocation universelle » ? « Revenu de base » ? « Dividende universel » ? « Salaire à vie » ? Chaque partisan d’une appellation fourbit soigneusement ses mots car, derrière des propositions apparemment identiques, se cachent des ambitions contradictoires.
Chacun s’accorde au moins sur un constat : le système proposé découple deux choses qui, depuis des décennies, étaient réputées inséparables pour la majorité de la population, à savoir l’« emploi » et le « revenu ». Tout à coup, voici qu’apparaît pour tout le monde la possibilité de percevoir de l’argent sans effectuer le moindre travail pour un employeur (public ou privé). Graal pour les uns, hérésie pour les autres… L’enjeu ne serait rien d’autre qu’un profond changement de société.

Les auteur-e-s

Joanne Clotuche
Rosario Marmol Perez
Marie-Anne Muyshondt
Aurélie Nisot
Audrey Taets
Steve Bottacin
Didier Brissa
Maximilien Lebur
Sylvain Poulenc
Michel Recloux
Olivier Starquit

Pour le Collectif Le Ressort

Télécharger la publication: 
Icône PDF 2017-le-ressort-allocation-universelle.pdf
Thème: 
Divers