Le façadisme, comme méthode de destruction des services publics

Par Olivier Starquit - 2011

Analyse

Une version « canada dry » des services publics : ça en a le goût, ça en a l’odeur, mais ça n’est pas du service public. De fait, après des « réformes », si le service public est théoriquement maintenu, un regard plus en profondeur permet de voir que seul le nom – la façade – garde les traits caractéristiques du service public : l’intérieur du concept a été vidé de sa substance, revisité de fond en comble à la sauce néolibérale.

Télécharger la publication: 
Icône PDF olivier_-_le_facadisme.pdf
Thème: 
Divers