La Silver Economy passera-t-elle comme une lettre à La Poste ?

Une analyse de Virginie Gérouville & Jérôme Becuwe - 2017

[Une dame âgée dans son appartement]
— Tu te rends compte qu’à l’époque ils gardaient les parents à la maison ?
Ah moi, j’aurais jamais voulu ça. On fait pas des enfants pour qu’ils s’occupent de nous. Je suis bien moi ici, j’ai mes petites habitudes. Et puis je t’ai toi… Jean !

[Jean, jeune facteur charmant]
— Merci, c’est gentil.
[La dame âgée]
— Non mais c’est vrai, ça me fait plaisir quand tu passes me voir.
[Voix off]
— Maintenant, avec Veiller sur mes parents, le facteur passe échanger avec vos parents et vous donne de leurs nouvelles […]

***

Ce spot publicitaire est presque touchant : une vieille dame adorable, bien dans ses charentaises, au ton chaleureux et assuré, explique au portrait de son mari, que l’on suppose défunt, à quel point elle est heureuse, seule, avec ses habitudes et les visites de Jean, son facteur !

Depuis le mois de mai 2017, La Poste française propose, en plus des services postaux et assimilés, de rendre visite et de prendre des nouvelles de proches âgés moyennant un abonnement tarifé. Ce service, Veiller sur mes parents,
est l’une des nouvelles missions confiées aux facteurs et aux factrices.

Après l’étonnement, la perplexité. Que fait La Poste dans le champ des services à la personne ? Qu’est-ce qu’une telle offre facturée aux particuliers dit de notre société ? Peut-on décemment transformer toute interaction sociale en source de revenus ? Cela répond-t-il à un besoin nouveau lié au vieillissement de la population, à un enjeu économique entrepreneurial ou à un rapport malaisé à la vieillesse ? La démarche de La Poste s’inscrit pleinement dans la Silver Economy, l’économie des seniors. Sans prétendre à une étude de cas exhaustive de ce secteur en pleine expansion, nous utiliserons l’exemple de La Poste pour aborder ce sujet.

 

Télécharger la publication: 
Icône PDF 2017_la_silver_economy.pdf
Thème: 
Divers